Fragment Alpha

Fiche technique

Univers_Fragment Alpha

FRAGMENT ALPHA, « fragment de l’installation 04 »

Code de naviguation: POINT 6201
Classe de l'anomalie: TYPE-R3
Période de révolution: [CONFIDENTIEL]
Cycle Jour/Nuit: ACCÉLÉRÉ
Température maximale à la surface: 480 °C




VUE D'ENSEMBLE

En 2552, le super soldat SPARTAN II connu sous le nom de Major John 117 parvint à faire exploser les réacteurs à fusion du croiseur de classe Halcyon de l'UNSC ''Pillar of Autumn'', détruisant ainsi la structure extraterrestre appelée Installation 04 (Halo Alpha). Les rapports confirmèrent que presque tous les débris résultant de l'explosion avaient disparu dans les champs gravitationnels de la géante gazeuse Threshold ou de sa lune, Basis. Les derniers éclats formèrent un champ de débris qui resta en orbite. L'UNSC déploya de nombreuses ressources (dont l'UNSC Red Horse à la fin de l'an 2552) afin d'étudier et d'analyser les fragments de l'anneau brisé, mais encore au moins 30 % de sa masse et de son arc restent à découvrir. On ignore tout de ce que cette matière et ces objets sont devenus, et aucune hypothèse fiable n'a été avancée.

DÉCOUVERTE & DÉPLOIEMENT

Fin 2555, le véhicule de reconnaissance automatique UNSC Recon-14 transmit des informations qui éveillèrent immédiatement la curiosité de l'ONI. Le signal provenait du Point 6201 et fut rapidement analysé par de nombreux spécialistes de l'ONI. Toutefois, ce fut Madeline Tress, scientifique de l'ONI et attachée aux phénomènes astrophysiques, qui supposa à juste titre qu'il émanait d'un fragment manquant de l'Installation 04.

Recon-14 avait été déployé par l'UNSC Pillar of Autumn avant que le croiseur ne s'écrase sur le Halo. La soudaine réapparition du drone, associée à d'autres preuves, indiquait qu'une partie de l'anneau était prise à l'intérieur, voire à l'origine, d'une activité spatio-temporelle dont l'ampleur dépassait de loin les technologies humaines ou covenantes. Les chercheurs pensent que Recon-14 fut pris au piège lorsque le Halo tenta d'activer un saut spatio-temporel (sans doute l'un des nombreux protocoles mis en place pour la préservation de l'installation) pour échapper à l'explosion des réacteurs du Pillar of Autumn. La procédure échoua néanmoins et le Pillar of Autumn explosa avant l'application complète du dispositif de protection du Halo Alpha. Seule une infime partie du Halo échappa ainsi à la destruction. Suite au saut, ce petit fragment fut propulsé dans l'espace, où il finit par être happé par le champ gravitationnel d'une étoile environnante.

STATUT ACTUEL

À l'heure actuelle, le fragment semble fonctionner au moins partiellement, puisqu'il tente progressivement de réduire le niveau de radiation. Toutefois, la rotation journalière du fragment l'expose pendant 16 heures à un taux de radiation élevé provenant de l'étoile qui l'a pris dans son orbite.

Les recherches menées par l'ONI et l'UNSC sur le Halo n'ont pas encore permis de soulever les nombreux mystères de la structure. Au cœur de cette énigme, les capacités de régénération et d'entretien du Halo. En dépit des importants dégâts qu'elle a subis, l'installation est parvenue à maintenir certaines des fonctionnalités ayant trait à son environnement : intégrité du champ gravitationnel, composition atmosphérique, et même niveaux de biodiversité. Des recherches poussées sur les composants et les systèmes de l'anneau, menées avant la quarantaine, suggèrent que les Halos sont composés de systèmes à redondance multiple, dont des moteurs spatio-temporels, des dispositifs de terraformation et des modules permettant de contrôler la gravité et les conditions météo. Malgré cela, on ignore encore tout de la façon dont ces dispositifs sont entretenus et de la fonction même de l'installation.


Précédent
Grande bonté

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Halo 5 ?

2 aiment, 1 pas.
Note moyenne : (3 évaluations | 0 critique)
5,3 / 10 - Moyen

3 joliens y jouent, 3 y ont joué.